À un, une autre que moi.

_Naza’ ya koka té_

Le moi haïssable

Je sais pertinemment que tu es à parfaire et pas à refaire

Tout comme toi moi également !

L’existence offre l’expérience et l’expérience la persévérance face à l’adversité

Parce que la diversité permet l’adversité

Mon espérance est que tu connaisses la vie et non la survie

Et même dans la situation de survie, que tu vives tout de même, pour toi même et pour les autres autour de toi

D’aucun ont vu, en toi et moi, une et une même personne, ce par la morphologie, la couleur de peau, la personnalité

D’autres plutôt, deux personnes distinctes n’ayant de caractéristiques communes que la forme humaine et ce liquide rougeâtre, vitale qui ruisselle dans le corps, lui offrant ainsi toute sa vitalité !

Or la terre, ce monde, ce tout le nôtre, n’a de plus de grande beauté que toute sa biodiversité ! Qui suis-je pour te le refuser ? Tout cela j’aime à le partager avec toi

Un corps impeccable doublé d’un esprit des plus brillant, des plus vaillant, plus encore, triplé d’une âme des plus pure suffisent ils pour multiplier, cultiver, assujettir et pérenniser l’espèce ?

Qu’est-ce que la race contre l’espèce ?

Prospère est la postérité qui sait d’où elle provient et vers où elle se dirige !

En effet,

Je suis un homme

Tu es une femme

Il est différent

Elle est authentique

Nous sommes, pourtant, pareils

Vous êtes ensemble, bon gré et malgré tout

Ils sont nombreux et complémentaires

Elles sont toutes des personnes humaines

Tout l’homme n’est personne d’autre que toi et moi, vous et nous, eux avec nous et nous pour eux !

_L’intérêt n’est nulle autre part que dans la vie elle même_

L’abri’

Une tente mal entretenue est une maison inhospitalière, par contre pour celui dont le cœur est sainement soigné sont accordées les faveurs de son Seigneur !

Pour le sensé, qui verrait plus loin que le bout de son nez, sait également que plus près de lui pourrait se cacher une pépite, une mine d’or. L’instinct est donné à tous, au plus sensé d’affuter le sein.

Hygiène que l’on me transfuse le gêne de ton génie ! Car je me dis, assurément, tu es le génie de la propreté… Ou tu es plutôt cet ange du ciel ! Qui m’inspire culpabilité afin de me responsabiliser devant la honte que je me paye à chaque fois que je me nourris sans usage de préalables, ni du brossage des dents ni du nettoyage des mains… À fortiori, tu es l’auteur dans l’ombre d’un grand nombre de dictons dont celui-ci « un esprit saint dans un corps sain »… Maintenant que tu t’es révélée à moi, toi qui assure élégance et beauté humaines… Je veux me mettre à ta suite, pour embrasser ta vitalité et être fort comme toi au dessus des virus et bactéries meurtriers… Aussi, je veux atteindre la haute mesure de tes règles et principes simples dans tous mes moments de pleine forme ou en temps de crise sanitaire mondiale. Et dire au final : je suis et suis la force de la force forte, car je suis encore en vie ! Hygiène, avec toi dans mon intimité dans mes habitudes les plus communes, le plus discipliné c’est moi.

Dieu ne aurait-il pas pourvu d’yeux aux Hommes pour le voir lui Dieu ?

« La solitude est l’école de la méditation ! », cette dernière est de Barreck-B, Cg les années 70.

Optique poétique !

« Optique poétique » est un concept, un tout nouveau concept sur Komalelo. Il vise à renforcer, par la lecture et l’audition des poèmes, l’aspect *mélodie de la poésie que laisse couler notre plume. C’est en short-video que ce concept vous sera proposé avec soin et respect de l’intégrité de notre travail.

Optique poétique ! Nous partageons avec vous une raison qui raisonne !

Au bord du gouffre, salut !

À une ère laquelle la terre semble toujours aussi jeune

À une époque de quelques tourments locaux et même internationaux

À une période laquelle la personne humaine semble avoir déjà fini de se définir par rapport à soi-même et à autrui

À un siècle lequel la liste de tout ce qui est bienfait ou méfait semble approchée l’exhaustivité

Pourtant le temps et l’espace n’ont pas encore fini de revendiquer leurs droits sur l’existence

Pourtant l’être humain n’a pas encore fini de comprendre, suffisamment, l’autre et le bien fondé de la différence

Aussi et pourtant celui-ci n’a pas encore fini de s’interroger sur le pourquoi de tout ce qui l’environne

Dira-t-on a-t-il pu exercer, dès l’aube des âges, son pouvoir de raisonner

Raison !

Exception, démarcation, distinction et marginalisation modérée du reste !

Or, pour tout ou rien, rien n’a jamais été pour rien

Et parce que le temps a toujours été propice à sa propre existence

L’espace également !

Au monde qui relie un instant précis à un lieu précis pour chaque être vivant sur la surface de la terre

Aux différents éléments essentiels à la vie qui associent des millions de particules pour former toutes sortes d’entités servant à la diversité tant en race qu’en espèce

Pour tout ou rien, tout a sa raison d’être et ce n’est guère pour rien !

Sous mon rire, mon sourire !

Comique la comédienne, s’il vous plaît mademoiselle, _ le bonjour_ faites moi la blague de la vague qui tangue !

Laquelle veux-tu mon petit, celle à deux sous pour un mignon sourire ? Ou celle à un billet de banque pour un coquet rire aux éclats ?

Bien ! viens maman, il y en a une qui veut bien, _ allez y donc, toute esquisse je suis pardieu ! _

Ce qu’elle est ravissante, _ tu sais quoi mon petit ? Je m’en vais te dire : bah, tu mérites celle-ci fringante jeune fille. Hum ! _

« Jeunots que l’on m’apporte de l’eau pardi ! De l’eau-de-vie soit-elle, _ l’étanchéité de ma soif sur ma gorge voudrais je vraiment cette fois !? _

Tiens un récipient de deux unités, _ cela est bien mon eau ! j’espère _ car, ma soif en a que mare t’attendre… »

Ça y est, elle l’a avalée… Elle rougit, ses joues gonflent, tiens ! Ses yeux de chat aussi, _ sa langue leste est toute engloutie, celle-ci doit certainement tanguer de dedans sa bouche_, des larmes ! Pourquoi donc ?

Plouf !!! Ouf !!! C’était du vinaigre mon petit, shut !!! Écoute attentivement : n’avale jamais quand le liquide est trop aigre dans ta bouche, et que ce n’est sans doute pas de la sauce vinaigrette !

Maintenant fillette, dis moi, t’as souris, pleuré ou ris sur cette blague ?

Je vous avoue, j’ai failli pleuré de compassion, et maintenant je ne peux qu’en rire !

_ Hou ! Un éclat de rire, accompagné d’un regards moqueur puis, sans efforts, un sourire radieux qui fait rayonner de joie l’ensemble de ce fascinant visage ! _ eh ! Tu t’en vas déjà mon petit ? Et mon sous ?

Veillez, je vous prie mademoiselle, recevoir mon sourire en monnaie d’échange à votre brillant spectacle. Aussi, je vous présenterai à mon papa. Il n’est pas loin, là-bas !

Mais, ta maman où est elle ?

Elle est à jamais présente dans mon cœur, mais elle n’est plus des nôtre ! _ S’il vous plaît mademoiselle, une chose la dernière, qui êtes-vous réellement ?

Je suis Claire, la sœur albinos de feu ta féerique de mère et, pour toi belle fillette, veux être la meilleure des comédiennes qu’y soit ! _ et toi qui est tu réellement ? _

« Je suis Prestige et veux être, pour tous ceux qui m’aiment déjà ou veulent m’aimer comme je suis, une fille pleine de valeurs. Une femme valable ! » _ M’avait soufflé et me dit encore ma mère ce jour. _

Viens dans mes bras mon petit, _ adorable et tendre enfance ma douce ! _

De Gloireandrel Elihu, poésie: l’hymne à l’amour.

"LUEUR DU MATIN"

C’est un recueil. C’est de la poésie. Oui, cela est un recueil de poésie, qui attend passionnément votre regard remplie de vie et vous même. Tout cela, afin de se donner les moyens par ses quatre (04) auteurs de vous communiquer son éclat, son charme qu’il puise dans la délicatesse de leur jeunesse.

_@gloireandrel

(…) Lors d'un crépuscule de saison pluvieuse, Au cœur du continent des terres africaines, L'artiste écrivaine écrivait sur sa patrie. Une coquette quête d'une définition Propre à ce propos l'intéressa, Surplomba la Plata de ses nombreux postulats. Là, saisit par la nostalgie de la poésie Que laissait coulée l'encrage de sa plume Elle ne pu se ressaisir, s'enfuir Devant ce long fleuve tranquille, immatériel, Qui se présenta à elle ne souhaitant que faire sa délicate connaissance. De stupeur remuée, Elle se sentit intrinsèquement épouser ce cadre propice au bonheur. Plus un seul ombrage de doute, C'était L'Ébène. Car elle le baptisa ainsi, ce fleuve, et s'y baptisa soi même. Puis s'en fit le lit de ses somptueux bains soigneux au jour le jour. Se fut pour elle la rencontre d'une vie. Le goût pour cette aire d'ultime apaisement, Dont le courant impétueux se retrouva à plus d'une fois battue, _ par cette carrure de déesse qu'elle s'était faite en trouvant dans ce grand bassin son sanctuaire_ N'en était que plus encore subtil décennie après décennie. À force d'y prendre racine, elle devint telle cet arbre enraciné près d'un courant d'eau n'ayant guère crainte de la sécheresse ou encore des vents sableux de l'Orient. (…) @G.Elihu _titre, début et fin de ce poème à la sortie de notre très prochaine œuvre !_

Pour pouvoir être efficace de "l'efficace efficacité"! Donne toi les moyens d'alterner patience et promptitude dans chacune des situations difficiles dans lesquelles tu pourrais te trouver ou te retrouver. La patience: pour savoir lire, analyser et apporter une interprétation propice à la progression et non à la régression. La promptitude: pour savoir saisir le moment opportun afin de s'employer puis se déployer sur un ou des objectifs à court, moyen et long terme.

Vu, la vie.

De la vie, la vue !

Qu’est-ce que la vue sans la vie?

Qu’est-ce-que la vie sans la vue?

Pourtant l’individu se dit « vivre » parce qu’il a vu des gens, pas que des gentils, vivre avec lui et lui-même avec. Un vœu dit ou pas du tout.

Pourtant la vie n’est vie que si la vue l’accompagne, que si l’on peut avoir à voir ce qui nous est extérieur afin de consolider notre intérieur.

Mais, qu’est-ce que l’intérieur ? Qu’est-ce que l’extérieur ?

C’est la vue, c’est la vie !

Présentation personnelle (exemple d’article)

Voici un exemple d’article, publié initialement dans le cadre de la Blogging University. Inscrivez-vous à l’un de nos dix programmes et lancez votre blog.

Vous allez publier un article aujourd’hui. Ne vous inquiétez pas pour l’apparence de votre blog. Ne vous inquiétez pas si vous ne lui avez pas encore donné de nom ou si vous vous sentez dépassé. Cliquez simplement sur le bouton « Nouvel article » et dites-nous pourquoi vous êtes ici.

Quel est votre objectif ?

  • Vos nouveaux lecteurs ont besoin de contexte. De quoi parlerez-vous ? Pourquoi devraient-ils lire votre blog ?
  • Cela vous aidera à vous concentrer sur vos idées à propos de votre blog et sur la façon dont vous souhaitez le développer.

L’article peut être court ou long, contenir une introduction personnelle sur votre vie, décrire la mission de votre blog, présenter un manifeste pour l’avenir ou énoncer simplement vos sujets de publication.

Pour vous aider à commencer, voici quelques questions :

  • Pourquoi créez-vous un blog public au lieu de tenir un journal personnel ?
  • Quels seront les thèmes que vous aborderez ?
  • Quelle est la cible privilégiée de votre blog ?
  • Si votre blog passe la première année avec succès, qu’espérez-vous avoir accompli ?

Répondre à ces questions ne vous enferme pas définitivement dans une voie. Ce qui est magnifique avec les blogs, c’est qu’ils sont en constante évolution au fur et à mesure de vos apprentissages, de votre développement et des interactions avec autrui. Il est toutefois opportun de savoir où et pourquoi vous vous lancez. L’articulation de vos objectifs peut simplement contribuer à apporter de nouvelles idées d’articles.

Vous ne savez pas trop comment commencer ? Écrivez simplement la première chose qui vous passe par la tête. Anne Lamott, auteur d’un excellent livre sur le processus d’écriture, affirme qu’il est nécessaire de s’autoriser un « premier jet bordélique ». C’est un enseignement essentiel : commencez par écrire, vous vous occuperez de retoucher votre texte plus tard.

Une fois que vous êtes prêt à publier, attribuez à votre article trois à cinq étiquettes qui décrivent son sujet : littérature, photographie, fiction, parentalité, alimentation, voitures, films, sports, etc. Ces étiquettes aideront les internautes intéressés par ces sujets à vous trouver dans le Lecteur. Veillez à ce que l’une de ces étiquettes soit « zerotohero », afin que les nouveaux blogueurs puissent vous trouver également.